Femme de la rue

Brussels, Belgium
FUNDED

I am Sofie, a 25-year old girl living in Brussels. I moved here two years ago. I love Brussels' theater, I love the chocolate and waffles, I love guys treating me like a slut all the time... Wait. What?! That's right. Guys talk to me on the street like I have a big sign on my head that says "Whore". Even if I wear long trousers and a t-shirt, they find it appropriate to call me "baby", "slut", "doll" and other degrading names. They follow me around clicking their tongue and asking me where I live, if I'm married and how much it costs to have sex with them. It's even worse when you wear a skirt or a dress. It can be the most innocent, knee-length flowery dress you can imagine: you are a whore and deserve to be treated that way. This name-calling happens all the time: I counted once, just for "fun". In the fifteen minutes it took me to walk from my work to my appartement in the centre of Brussels, I was called names like this eleven (ELEVEN) times. That's almost once a minute. It drives you crazy!

I started to find the phenomenon really frustrating, but I was also intrigued. Why do these men talk to me that way? Is this just a really bad way of flirting? Is it a form of racism; do they feel like all white, western women are whores?  Is it something that I specifically do wrong? Apparently it is a problem for almost every young woman in Brussels.

Caroline (33): "Guys talk to me on the street all the time. They come really close and whisper degrading stuff in your ear. It is really intimidating sometimes. I think they want you to be scared of them, because that makes them feel powerful."

Lisa (26): "It wouldn't be the first time that I've had someone spit in my face, just because I talk back."

Zoë (30): "Even when they call you "baby", it's not a compliment. It's really obvious that they don't respect you. Only when my boyfriend accompanies me, can I walk on the street undisturbed. Apparently then I have rights."

Karen (27): "I am called "whore" at least five times a day. I am not a woman who dresses slutty, or who backs down easily. But I really don't feel respected or happy anymore.  I was born in Brussels, but I decided to move away..."

I decided to make a documentary about such sexist behavoir on the streets of Brussels: 'Femme de la rue' ('woman of the street'/'prostitute') I am a Master student in Documentary at the Brussels filmschool RITS and this documentary will be my final film. I want to work with professionals and good quality material and this is the reason why I am still looking for 2000 euros. This money will go towards renting a good camera, working with a professional cameraman/editor, color grading and so on.

If you feel this is an important subject for a documentary, please help me to make it happen!

The owner of this project has not made any updates yet.

Comments

This is happening in hart of BRUSSELS? Islam is really on the move. That is for sure! There are two things you can do; Go into submission or beat these primitives a lesson! Don't count on your government, they have no idea! And buy pepperspray!
Hi Sofie, This is a really a good initiative! I am sure that many women in Brussels share your opinion. It's quite disturbing not to be able to walk the streets without feeling threatened. I got lost in Brussels once and ended up in Molenbeek, summertime, I was wearing a skirt...you can fill in the rest. It's like you cannot wear a skirt anymore. It should not be this way. As I said, good initiative, but what are you going to do with the movie once it is done? You should spread the word around in order for the movie to be useful. Maybe try contacting the European Women's Lobby. Good luck! And keep wearing whatever you like, no matter what they shout :)
Dag Sofie, heel interessant, je documentaire, ik zit zelf ook op het rits, de afdeling drama en wij zitten in molenbeek! Hoera, hoera! Ik deel je ervaring voor een stuk, maar soms ervaar ik het geroep op straat toch ook positiever dan dat... Enfin, ik hou heel erg van de meer open sfeer die er in molenbeek hangt, en waar mensen elkaar nog groeten in de bakker. En ja, er wordt wat vaker geroepen. Lastig is dat. enfin, heel moeilijke zaak. belangrijk om het genuanceerd te vertellen denk ik. Veel succes! (ik werd hiernaartoe gestuurd via Jeroen van je klas, vandaar.)
Doe Doen Doen!!!!!!!!!!!!!!!!!! You have to do it! Ive been thinking about doing the same thing a long time ago, if you need any help, just holla!!! check my facebook Smets Katrien
Ik ben hier terecht gekomen na het zien van een voorstukje van de reportage deze avond in Terzake. Ik denk dat je dezelfde docu zou kunnen maken in een stad zoals Gent; mijn vriendin komt bijna dagelijks in aanraking met zo een soort gedrag als ze rondloopt in Gent (ook al draagt ze geen uitdagende kleren: blijkbaar is een vrouw in een jeansbroek - tshirt - trui en jas ook al genoeg aanleiding). Zelfs als ze met de auto naar haar werk rijdt en ergens even stil staat komt ze zo een zaken tegen. Ik moet er allicht niet bij zeggen dat in 99% van de gevallen het gaat om verwijten en schunnige opmerkingen afkomstig van zogenaamde (ingeburgerde) allochtone bevolkingsgroepen... Goed dat je dit onderwerp wat extra aandacht geeft - hopelijk wordt er op de een of andere manier dan ook gevolg aan gegeven.
Islam rules the streets in bruxelles,mohamed is the first name most given for birth
Ik kom net bij toeval te weten dat jouw documentaire vanavond op Canvas 20:00 wordt uitgezonden. Ondanks dat je het budget niet gehaald hebt, is het dus toch gelukt. Dat is mooi. Al het goede. Danny
Zo net zag ik je reportage op Canvas! Ja, het is een heel oud probleem! De straat en openbare ruimten behoren de man toe en niet de vrouwen! Ik ben 63 jaar en in de jaren 75-80, werd daar met vrouwen hard over gediscussieerd! Die tijd moest je met een kinderwagen, een hond of een boodschappentas op straat lopen om niet lastig gevallen te worden! En nu nog, ook al ben ik 63 word ik nog lastig gevallen door allochtone mannen die niet aan een vrouw kunnen komen en dan zelfs bereid zijn om een oude vrouw te versieren, met de slogan: zij weten wat echte liefde is!!! En ga ik 's avonds laat de stad in, wel er zijn ook altijd autochtone mannen die in die zin wat te zeggen hebben!!! En ik herinner me ook dat vroeger toen ik jong was, metselaars je toe floten en vanalles zegden, in de orde van 'lekkere kut" ga je mee!!! Och! 't Zou mooi zijn als vrouwen zich vrij konden bewegen in de openbare ruimten zonder lastig gevallen te worden.... Maar 't is nu éénmaal zo dat het zich altijd en overal voordoet.... Ik reis veel in mijn ééntje: het is me nog nooit gebeurd dat ik daar geen last van gehad heb, waar dan ook... van in Knokke tot Indië, van Tunesië tot New York!!! Ik vind het supertof dat het aan de orde gesteld wordt, maar 't is denk ik niet te veranderen!!! Anne-Marie
Sophie, ik heb een paper daarover bijna 10 jaar geleden geschreven: (le Soir , 8 juillet 2004) Lettre ouverte Dès la fin du moi de mai, il plane sur Bruxelles un air de fête. Contrairement à sa grise réputation, le Bruxellois est festif. Contre vents et marées, il a le coeur à rire et à chanter. Des concerts à chaque coin de rue, des soirées dans les parcs, une explosion de couleurs et de rythmes métissés, de l'odeur des sardines grillées au son des djembés, ce ne sont pas trois gouttes de pluie qui vont nous paralyser. (...) C'est donc le coeur léger que l'on arpente les rues, à l'affût de nouveaux endroits, de nouvelles langues slaves non encore décryptées par nos oreilles pourtant déjà aiguisées, ou simplement pour retrouver quelques amis de la première heure sur des banquettes trop dures, sous les miroirs teintés par le temps des vieux cafés, pour s'en boire une dernière avant d'aller se coucher. Et on descend la rue, les cheveux au vent, et ce vent frais qui se glisse dans le cou et annonce déjà la fin d'un été pas encore tout à fait commencé. Des rires résonnent dans les galeries de la Reine, des talons claquent, des fenêtres s'ouvrent, des voix se font entendre, elles ne rient que pour elles-mêmes, des voix d'hommes, de jeunes hommes éméchés. Les insultes commencent à fuser, et on apprend qu'on est une salope, qu'on doit les sucer. Surtout rester calmes, ils risqueraient de s'énerver, alors on sourit, et l'on dit « non merci », que nous ne sommes pas intéressées. « Salopes doublées de putes et blondes mal baisées », on continue le chemin, on rencontre trois autres gamins qui en passant laissent traîner leurs mains sur les parties les plus intimes de notre féminité. On laisse échapper une insulte, et on ravale la suivante, la violence n'est pas la solution, il faut dialoguer, mais ce n'est visiblement pas le moment. Le vent nous glace les sangs, et il pleut sur Bruxelles, et le coeur dans les pieds et l'estomac dans la gorge on rentre... Demain ce sera oublié. Et les jours passent, et le soleil pointe son nez, et l'on pense aux terrasses, et on y retourne le coeur gai, et il fait plus chaud, la ville vit au ralenti, les touristes grisés chavirent dans les rues. On les regarde amusés, et un peu affolés par les décolletés des filles, par leurs jambes dénudées, et on se surprend à les prévenir du danger, à leur dire de surtout rester accompagnées. Elles nous regardent étonnées... et nous de leur expliquer le fossé des cultures, l'image altérée de la femme, les gestes déplacés, les insultes répétées de ces jeunes que les hommes politiques n'osent pas appeler par leur nom... jeunes maghrébins qui se disent respectueux de leur religion, et pour qui visiblement on ne vaut rien. Et l'apathie de nos hommes et femmes politiques, qui nous parlent de dialogue et de travail de fond. Dialogue entre hommes, sans doute, et travail de fond planifié sur cinquante ans. L'ambiance est plombée, le ciel est lourd, le tonnerre gronde sur Bruxelles, on rentre se coucher. Nous sommes presque tous des enfants d'immigrés, des filles éduquées, croyantes ou athées, fatiguées d'être harcelées, insultées, dénigrées. Nous aussi, nous avons dû nous battre pour nous adapter, nous intégrer, nous faire accepter, et apprendre à remercier un pays qui nous a donné la liberté, la nationalité, et a accepté de partager sa prospérité. Ni « putes », ni « mécréantes », libres, nous sommes juste libres et voudrions le rester. N'attendez pas notre automne pour que cela change : on ne guérit pas le cancer avec des aspirines ; alors, bougez ! VANIG KAPARIAN 1050 Bruxelles
Bijna 10 jaar gelen, heb ik een paper daarover geschreven (le SOIR 8 juillet 2004) Lettre ouverte Dès la fin du moi de mai, il plane sur Bruxelles un air de fête. Contrairement à sa grise réputation, le Bruxellois est festif. Contre vents et marées, il a le coeur à rire et à chanter. Des concerts à chaque coin de rue, des soirées dans les parcs, une explosion de couleurs et de rythmes métissés, de l'odeur des sardines grillées au son des djembés, ce ne sont pas trois gouttes de pluie qui vont nous paralyser. (...) C'est donc le coeur léger que l'on arpente les rues, à l'affût de nouveaux endroits, de nouvelles langues slaves non encore décryptées par nos oreilles pourtant déjà aiguisées, ou simplement pour retrouver quelques amis de la première heure sur des banquettes trop dures, sous les miroirs teintés par le temps des vieux cafés, pour s'en boire une dernière avant d'aller se coucher. Et on descend la rue, les cheveux au vent, et ce vent frais qui se glisse dans le cou et annonce déjà la fin d'un été pas encore tout à fait commencé. Des rires résonnent dans les galeries de la Reine, des talons claquent, des fenêtres s'ouvrent, des voix se font entendre, elles ne rient que pour elles-mêmes, des voix d'hommes, de jeunes hommes éméchés. Les insultes commencent à fuser, et on apprend qu'on est une salope, qu'on doit les sucer. Surtout rester calmes, ils risqueraient de s'énerver, alors on sourit, et l'on dit « non merci », que nous ne sommes pas intéressées. « Salopes doublées de putes et blondes mal baisées », on continue le chemin, on rencontre trois autres gamins qui en passant laissent traîner leurs mains sur les parties les plus intimes de notre féminité. On laisse échapper une insulte, et on ravale la suivante, la violence n'est pas la solution, il faut dialoguer, mais ce n'est visiblement pas le moment. Le vent nous glace les sangs, et il pleut sur Bruxelles, et le coeur dans les pieds et l'estomac dans la gorge on rentre... Demain ce sera oublié. Et les jours passent, et le soleil pointe son nez, et l'on pense aux terrasses, et on y retourne le coeur gai, et il fait plus chaud, la ville vit au ralenti, les touristes grisés chavirent dans les rues. On les regarde amusés, et un peu affolés par les décolletés des filles, par leurs jambes dénudées, et on se surprend à les prévenir du danger, à leur dire de surtout rester accompagnées. Elles nous regardent étonnées... et nous de leur expliquer le fossé des cultures, l'image altérée de la femme, les gestes déplacés, les insultes répétées de ces jeunes que les hommes politiques n'osent pas appeler par leur nom... jeunes maghrébins qui se disent respectueux de leur religion, et pour qui visiblement on ne vaut rien. Et l'apathie de nos hommes et femmes politiques, qui nous parlent de dialogue et de travail de fond. Dialogue entre hommes, sans doute, et travail de fond planifié sur cinquante ans. L'ambiance est plombée, le ciel est lourd, le tonnerre gronde sur Bruxelles, on rentre se coucher. Nous sommes presque tous des enfants d'immigrés, des filles éduquées, croyantes ou athées, fatiguées d'être harcelées, insultées, dénigrées. Nous aussi, nous avons dû nous battre pour nous adapter, nous intégrer, nous faire accepter, et apprendre à remercier un pays qui nous a donné la liberté, la nationalité, et a accepté de partager sa prospérité. Ni « putes », ni « mécréantes », libres, nous sommes juste libres et voudrions le rester. N'attendez pas notre automne pour que cela change : on ne guérit pas le cancer avec des aspirines ; alors, bougez ! VANIG 1050 Bruxelles
Hi Sofie ! Congratulations for having the courage to say the sad reality of young women. I'm a 39 mother and I naively thought that walking with my 11 year old son would avoid this phenomenon to happen. NOT AT ALL ! I live in Liège and though it doesn't happen as often as you in Brussels, it happens Too many times. Once is already too much ! We deserve respect, we have to claim for it ! K-Ro
hello! first of all, congratulations for this project! what you are doing is really impressive. as a young man, i feel sick when i see other guys insulting and intimidating women in such a nasty way. i just wanted to asked you (if possible), if you can upload the documentary to the internet (youtube or somewhere else) so people outside the Netherlands (myself included) get to watch AND share your work... thanks in advance! what you're doing is admirable! cheers!
Hello, I saw an article about your documentary on the blog of a newspaper, and I was wondering if it could (as the last commentary says it) be uploaded on the internet so that people can see it. I am really interested in those questions, and would like to work myself on it, and so this film really interests me. Thank you in advance! :)
Bravo pour votre courage d'aborder ce sujet tabou qui ne date pas d'hier! les tenues vestimentaires ne sont qu'un prétexte et ne justifient jamais un manque de respect! la liberté des femmes semble reculer ces dernières années... il faudrait des centaines de Sofie Peeters pour lutter pour l'égalité homme/femme!!
Arrêtez de mettre l'Islam en cause , un musulman ne fornique pas et ne regarde même pas une femme , c'est un pêché grave au yeux de Dieu , vous êtes lourd à la fin , lisez la sourat 24 du coran avant de dire des bêtises (http://islamfrance.free.fr/doc/coran/sourate/24.html) Merci
I am glad I have the chance to comment at this great "event". I am a Romanian and if someone say something about Romania, it would be: whores and gypsies. I remember the days I spent in France. I think I've never seen something like this. I look different from French girls, but their reaction was always too obvious, even though most of them were holding their girlfriends hand. I heard so many "D'où venez-vous?" and "Ça va?" and some of them even took me pictures, even though I didn't accept. Also, some of them knew some Romanian words, after hearing me talking in Romanian. I have nothing with French people, I also had a respectfully French boyfriend. These days almost happened with me the same in Italy, not only with Italian men, but also with German ones. I think this is an international issue. Bonne journée et félicitations pour l'initiative!
Everybody in Brussels knows to stay out of the Arab and black neighborhoods if you are a woman. It's just a fact of life.
So was there supposed to be some harassment documented here? I'd like to see the people who were doing it. You can make a blanket statement that it's "men," but come on. It's arabs.
WOW you say it's not muslims but you won't show us who actually did it. This seems like a lot of bullshit, lady.

Users details

femme.de.la.rue
15
Backers
0
Days to go
EUR €435
22% raised of our EUR €2,000 goal
This project ended on Monday, Apr 23rd - 10:21

This project's deadline has now expired - you can no longer back these rewards

You cannot back this project, funding is now complete.

 

Feelings of Gratitude

€10.00 or more : My eternal gratitude

 

Likes of Gratitude

€25.00 or more : Your name on the facebookpage, that thanks the sponsors of 'Femme de la rue'.

 

Words of Gratitude

€50.00 or more : Your name on the facebookpage + the credits of the documentary.

 

Tickets of Gratitude

€75.00 or more : Your name on the facebookpage + credits of the documentary and two tickets to the premiere of the film.

 

DVD of Gratitude

€100.00 or more : Your name on the facebookpage + credits of the documentary, two tickets to the premiere of the film and one copy of the DVD.